Qui n’est pas impressionné par la sublime architecture parisienne ? Les bâtiments, la voirie, les boulevards, les carrefours, les parcs, etc. Si Paris est réputée pour son harmonieuse architecture, c’est grâce au baron Haussman qui sous le règne de Napoléon III, entre 1853 à 1870, entreprend de grands travaux de modernisation urbaine.
L’haussmannisme est alors né.
Ce courant consistait à moderniser la ville, l’aérer et fondre les infrastructures dans le paysage, tout en insistant sur le caractère esthétique des immeubles et des bâtiments de la ville. Ces derniers doivent former un ensemble architectural homogène qui répondent a des critères communs tels que :

  • rez-de-chaussée et entresol avec mur à bossage ;
  • deuxième étage « noble » avec un ou deux balcons ; troisième et quatrième étage dans le même style mais avec des encadrements de fenêtre moins riches ;
  • cinquième étage avec balcon filant, sans décorations ;
  • combles à 45 degrés.

En se baladant dans les différents arrondissements de la ville, l’on peut notamment reconnaître le style Haussmanien en admirant certains détails architecturaux des immeubles :

  • Le chien-assis est une fenêtre caractéristique du style Haussmanien. Il s’agit de l’appellation donnée aux fenêtres placées dans le toit des immeubles. Elles peuvent être soit en retrait, soit en saillie du toit.
  • Autre élèment, la porte cochère dotée d’une imposante dimension (2.6 mètres et hautes de 3.5 mètres) qui tire son nom du fait de son utilisation. Elle avait initialement pour rôle de laisser rentrer le cocher avec sa large voiture à chevaux à l’intérieur de la cour, justifiant ainsi sa taille.
  • D’autres portes d’entrée d’immeubles témoignent d’un style Haussmanien. Elles sont faites en bois avec des moulures, de multiples tableaux et de la feronnerie. Leur finition est en patine, vernis, cire, huile naturelle ou encore peintent.
  • Les fenêtres Haussmanniennes, quant à elles, sont toujours ornementées de fenêtres à mouton et gueule de loup fermées par des crémones, la plupart du temps avec des petits bois et parfois avec des impostes fixes ou ouvrants. Le plus généralement, elles sont rectangulaires et de grande taille. Elles sont aussi parfois cintrées (partie haute de fenêtre arrondie), plutôt aux étages inférieurs. Le style art déco apporte des fenêtres verrière en acier aux formes parfois surprenantes, mais toujours unique et remarquable.